LA VOIX DES EMPRUNTS RUSSES

Association Nationale des Porteurs d' Emprunts Russes
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 VNESHTORGBANK (VTB): DEBACLE BOURSIERE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karloman1
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010


Date d'inscription : 10/11/2006
Nombre de messages : 103

MessageSujet: VNESHTORGBANK (VTB): DEBACLE BOURSIERE   23.11.07 20:22

VNESHTORBANK (VTB): débâcle boursière


Depuis l'énorme introduction en bourse (IPO) de VTB courant 2007 son cours a chuté de 22%. Aujourd'hui l'Association des actionnaires minoritaires de VTB demande par écrit en toute candeur au Premier ministre Zubkov de leur acheter leurs titres au prix d'émission (13,6 kopecks), non au cours actuel de 10,69 kopecks.

Nous regrettons la mauvaise affaire des 131.000 actionnaires minoritaires. J'observe toutefois qu'ils sont moins nombreux que les porteurs francais d'emprunts russes non remboursés (316.000), et surtout qu'ils n'ont perdu que 22% de leur investissement tandis que les francais en ont perdu 99,5%. Nous espérons qu'à l'avenir ils tiendront davantage compte de l'avertissement que nous avions adressé cet été aux analystes, et que je traduis en francais ci-dessous:

=============================================

OBJET: introduction en bourse de VTB/Investissements en Russie

Dans les premiers stades de la naissance d'un marché émergent, les opportunités d'investissements en actions sont rares, et la plupart se révèlent hautement profitables. Le succès appelant le succès, davantage d'émetteurs présentent leurs titres sur le marché, davantage d'investisseurs prennent conscience des gains potentiels et déversent des capitaux plus importants sur le marché. Un jour le marché se réveille croulant sous les introductions en bourse, soudain tous les investisseurs réalisent qu'ils détiennent beaucoup d'actions de sociétés dont ils ne connaissent pas grand chose et décident de se retirer, en général simultanément. Je pense que la recette est vieille comme le monde.

Dans le cas de VTB M. Gorev, analyste indépendant, souligne un fait particulièrement significatif, qui je crois peut s'appliquer a tout support d'investissement russe: "le public a été informé en détail des avantages à investir en actions VTB, mais on a très peu parlé des risques correspondants".

Je ne peux qu'abonder dans le sens de M. Gorev.

Aucun prospectus d'émission ne mentionne jamais que la Russie emprisonne au besoin les capitaines d'industrie, conduit leurs sociétés à la faillite pour mieux les dépouiller de leurs actifs qui seront alors transférés à bas prix à des investisseurs plus politiquement corrects, comme ce fut le cas de Yukos [qui vient d'être radié le 11 novembre de la cote RTS au dernier cours de 0,21 $ contre un plus haut de 15,9 $ en 2003, note de K1]; que beaucoup de capitaines d'industrie ne dévoilent pas totalement la structure capitalistique des établissements qu'ils dirigent (comme Surgutneftgaz dont l'état-major détenait en secret 72% du capital, voir ci-dessous).

Dans le cas de VTB M. Gorev ajoute que M. KOSTIN, "Chairman" de VTB, avait déclaré en juin au forum économique de Saint Petersbourg que "le gouvernement russe empêchera le cours de VTB de chuter".

La belle perle que voila!

Je tiens à dire: compter sur une intervention d'état pour garantir un prix de marché, semble paradoxal. De plus, independamment du fait qu'un tel procede est contraire a la reglementation boursiere, je pense que la confiance de M. KOSTIN dans la garantie de l'état russe est fort mal placée.

Je rappelle aux investisseurs que la Fédération de Russie refuse toujours d'honorer la garantie de l'Etat russe portant sur plus de US$ 90 milliards d'obligations détenues par les porteurs francais d'emprunts russes; et qu'elle refuse tout contact avec ses créanciers de bonne foi.

Alors, la valeur des promesses de M. KOSTIN...

C'est pourquoi nous adressons l'avertissement ci-dessous à tous les investisseurs potentiels en Russie:


AVERTISSEMENT AUX INVESTISSEURS EN RUSSIE


Les porteurs Français d'obligations garanties par l'état russe rappellent aux investisseurs que la Fédération de Russie est encore en défaut de paiement aujourd'hui (juin 2007) sur selon eux près de US$ 90 milliards qui leurs sont dus depuis que les gouvernements bolcheviques et soviétiques, et maintenant celui de la Fédération de Russie, ont tous unilatéralement répudié la dette tsariste et refusent toute forme de contact ou de dialogue avec leurs créditeurs légitimes et de bonne foi, bien que les droits des porteurs sur la Russie aient été maintes et maintes fois rappelés (dont notamment par lettre du 19 mars 2007 de M. SARKOZY, ancien Ministre des Finances, aujourd'hui président de la République Française).

Ils rappellent aux investisseurs que dans son rapport du 15 septembre 2006 intitulé "Governance matters" la BANQUE MONDIALE juge la gouvernance en Russie comparable à celle du Swaziland, et de la Zambie. Dans ce rapport la Russie est classée 151eme sur 208 en termes de (...) responsabilité, de qualité des organismes de règlementation, de respect du droit, (...). En particulier le respect du droit (c'est à dire l'impartialité des tribunaux et la qualité du respect des contrats) a été jugé aussi effectif en Russie qu'en Equateur, en Indonésie, et au Bangladesh. La capacité de contrôler la corruption au Nicaragua, au Timor-Est et en Chine ont été jugées semblables à celle de la Russie.

Le 26 février 2007, citant l'organe Vedomosti, le St. Petersburg Times écrivait que "les dirigeants de Surgutneftegaz possèdent secrètement 72% du capital de cette discrète compagnie pétrolière" et qu'après cette révélation les analystes de la banque d'investissement Deutsche UFG s'étaient vus contraints "d'augmenter leur estimation du nombre d'actions de la société de 26 milliards a (...) 43 milliards" ce qui a eu pour effet "de diluer la valeur de l'action de 40%".

A Paris le 3 avril 2007 à l'occasion de la fusion NYSE-EURONEXT M. John Thain, le Directeur-Général du New York Stock Exchange, a dit: "Je suis très préoccupé de la qualité de la gouvernance d'entreprise et de la protection des intérêts minoritaires. Un certain nombre de sociétés Russes soulèvent des questions sérieuses sur ces points".

En dépit de ces conclusions, et de la connaissance qu'elles ont du fait que la Fédération de Russie demeure en défaut de paiement sur US$ 90 milliards de dette Tsariste, les agences de notation accordent à la Russie une note "INVESTMENT GRADE" alors que ce pays relève à l'évidence du "SELECTIVE DEFAULT".

Les porteurs Français d'emprunts russes comptent poursuivre leur débiteur jusqu'au remboursement complet de la valeur actualisée de leur créance, par tous moyens légaux et devant toutes juridictions qui leurs sembleront adéquats.

TOUT INVESTISSEUR POTENTIEL EN RUSSIE DOIT ETRE RENDU CONSCIENT DE CETTE SITUATION.

LES CREDITEURS FRANCAIS DE LA FEDERATION DE RUSSIE DECONSEILLENT FORMELLEMENT TOUT INVESTISSEMENT DANS UN PAYS DONT LE GOUVERNEMENT SOLVABLE A SYSTEMATIQUEMENT REFUSE DE REMPLIR SES OBLIGATIONS NATIONALES ET INTERNATIONALES, REFUSE TOUT CONTACT ET DIALOGUE AVEC SES CREDITEURS LEGITIMES ET DE BONNE FOI, ET REFUSE DE COMPTABILISER UN PASSIF ESTIME A US $ 90 MILLIARDS.

juin 2007

Revenir en haut Aller en bas
 
VNESHTORGBANK (VTB): DEBACLE BOURSIERE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VENDREDI 04112011,LA DEBACLE CONTINUERA T-ELLE ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VOIX DES EMPRUNTS RUSSES  :: La Voix des Emprunts Russes - Association Loi de 1901 - La Voix des Emprunts Russes :: SECTION XII - Khodorkovski : « Les investisseurs en Russie ne doivent pas compter sur la loi »-
Sauter vers: