LA VOIX DES EMPRUNTS RUSSES

Association Nationale des Porteurs d' Emprunts Russes
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Suggestion au gouvernement d'un correspondant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karloman1
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010


Date d'inscription : 10/11/2006
Nombre de messages : 103

MessageSujet: Suggestion au gouvernement d'un correspondant   04.12.07 18:45

Bonjour,

L'un de nos tres actifs correspondants me demande de publier la lettre suivante qu'il a adressee a Mme. Lagarde.

Bien a vous,

K1
=============================================
Madame LAGARDE
Ministre de l’économie et des finance
139 rue de Bercy
75012 PARIS

Cc : M. le Président de la République

AFPER(Assn.Port.Empr.Russe)
Ministre des affaires sociales
Ministre des affaires étrangères
Divers députés

Obj. : réduction dette de l’Etat

Madame le Ministre,

La France est, selon de nombreux observateurs, trop endettée et manque de ressources et de volonté pour vaincre ce mal. Ses dirigeants ne veulent apparemment pas, prendre les mesures nécessaires.

Il existe pourtant un moyen simple, qui ne couterait rien à l’Etat français pour, augmenter momentanément ses ressources d’environ 100 milliards d’€, relancer la consommation et donner partiellement satisfaction à environ 400 000 français. Votre réputation acquise dans les activités civiles m’incite à vous l’exposer, en espérant que votre entourage se montrera un peu plus ouvert que celui de vos prédécesseurs.

Ce moyen, c’est d’exiger que les Russes payent aux Français les intérets de retard sur les tonnes d’or que leur gouvernement a empruntées aux épargnants Français avant 1917, emprunts qu’ils n’ont d’ailleurs jamais voulu rembourser. Le règlement des intérets de retard, dus aux Français serait payé et taxé en France, comme tous les autres revenus. Je m’explique ci dessous :

Au dernier recensement, il y a eu environ 3 000 000 de titres dits " emprunts russes " de recensés. Les intérets composés de retard sur chaque titre se montent à environ 50 000 € (je vous rappelle que ces titres et leurs intérets étaient garantis sur l’or) ce qui valorise la créance des Français sur les Russes, uniquement pour les intérets de retard, à 150 milliards d’€, sur lesquels vos services pourraient ponctionner 50% au titre de l’IRPP, soit 75 milliards d’€, 12% au titre de la CSG et de la CRDS, soit 18 milliards d’€ et quelques milliards d’€ au titre de l’ISF, certains porteurs, qui en possédent plusieurs milliers capitaliseront une partie de ce revenu et le titre lui-même sera revalorisé. De plus, cette rentrée de liquidités relancerait la consommation et par conséquent la récolte de TVA, sans parler de la relance d’activité. Et je n’évoque que la première année : une fois le pli pris, les Russes seraient bien obligés de continuer à honorer leurs engagements, revenus qui seraient également taxés mais pour des montants bien moindres que ceux évoqués ci-dessus. Comme seraient taxés les échanges auxquels ils donneraient lieu et l’augmentation de la " fortune " individuelle.

Sans compter que c’est l’administration fiscale française qui pourrait empocher les revenus des titres présentés à l’indemnisation de 1998 et qui n’ont pas été repris par les déposants et que le règlement de la dette ferait passer de nombreux Français, aujourd’hui exonérés d’IRPP, dans le camp des taxés.


Obtention du payement des

intérets dus =

par les Russes
Diminution de la dette (par taxation : IRPP, CSG, + d’ ISF …)

+ Amélioration de la balance des échanges

+ Allègement des frais de fonctionnement (diminution service / dette)

+ Augmentation des ressources (IRPP, ISF, TVA, taxes / transactions …)

+ Relance de la consommation

+ Satisfaction et encouragement de 400 000 épargnants


Une centaine de milliards d’€ de rentrées supplémentaires, n’est-ce pas une bonne bouffée d’oxygène ? Qu’en pensez vous ? N’est-ce pas différent des économies de bouts de chandelles envisagées actuellement qui vont mécontenter tout le monde? Cela n’épongera pas le passif de l’Etat mais l’allégera un peu … et le cout de la dette diminuera.

Cette exigence vis à vis des Russes leur permettrait de ne pas perdre la face et atténuerait leur réputation de mauvais payeurs, redorerait le prestige de la France, si lâchement complaisante. Le Président de la République, lui même, n’a-t-il pas souhaité récemment que les agences de notation soient un peu plus rigoureuses dans leurs estimations concernant la Russie ? Cela contribuerait à exaucer son vœu.

Jusqu’à présent, les dirigeants successifs de la France ont éludé le problême de peur de se fâcher avec les Russes, et, de ce point de vue, ma proposition n’apporte rien, mais aussi de peur que de très gros porteurs en profitent. Comme vous avez pu le constater, nos dirigeants veulent toujours bien faire des efforts pour le peuple, à condition qu’aucun Français, hormis les fonctionnaires, n’en profite ... Ma proposition, si elle était retenue, profiterait grassement à quelques porteurs, certes, mais également à l’Etat, en 2 temps : immédiatement et à terme avec l’ISF.

J’espère que vous, vous ne verrez que l’intérêt de la France et mettrez tout en œuvre pour récolter ces quelques dizaines de milliards d’€ que, même le Conseil d’Etat a reconnus comme devant revenir aux porteurs d’emprunts russes.

Agréez, je vous prie, Madame le Ministre, l’expression de ma très haute considération
=============================================
Monsieur lXXXXXXXXXXXXX
Député de
Assemblée Nationale
Xx rue de l’Université
75007 PARIS

Cc : Monsieur DEVEDJIAN

Obj : réduction de la dette

diminution frais de fonctionnement

Monsieur le Député,


Le site sur les emprunts russes fait part de votre question au gouvernement sur les emprunts russes, sujet que le candidat Sarkozy avait promis de traiter rapidement, si il était élu. On peut constater que la question n’a même pas été abordée lors de son récent voyage en Russie ...

Il n’en demeure pas moins que votre question est courageuse et je vous en remercie. Près de 400.000 Français vous en sont reconnaissants.

Par la présente, je veux surtout attirer votre attention, et je vous joins la copie d’une lettre que j’adresse à la ministre de l’économie, sur le fait qu’il ne s’agit pas uniquement de satisfaire les récriminations de quelques vieillards grincheux ou spéculateurs, mais que le règlement des seuls intérets dus, permettrait d’alléger de plus de 100 milliards d’€ la dette de la France, de réduire les frais de fonctionnement de l’Etat de trois à quatre milliards d’€ en diminuant la charge de la dette et, accessoirement de relancer la consommation, sans compter les bénéfices que l’économie et l’Etat en tireraient ultérieurement.

Si on ne prend en compte que les intérets dus par la Russie, c’est 150 milliards d’€ qui peuvent être exigés des Russes, sur lesquels l’Etat pourrait prélever, au moins, les 2/3 : IRPP, CSG et CRDS etc…; cette récupération aurait une incidence sur l’ISF ou la TVA.

Ultérieurement, les rentrées dues à l’ISF seraient plus abondantes, le titre emprunt russe étant revalorisé et les cessions entraînant des achats, donc de la TVA et une amélioration de l’activité.

N’est-ce pas plus honorable que les économies de bouts de chandelles envisagées actuellement qui vont mécontenter tout le monde? Cela n’épongera pas le passif de l’Etat mais l’allégera un peu … et le cout de la dette diminuera.

Soutenir les porteurs d’emprunts russes, c’est soutenir la France, les Français et la consommation !

Agréez, je vous prie, Monsieur le député, l’expression de ma haute considération.
Revenir en haut Aller en bas
SALOME



Date d'inscription : 14/09/2007
Nombre de messages : 7

MessageSujet: suggestion au gouvernement   06.12.07 12:56

c'est a mon avis une bonne idée de mentionner les sommes considerables abandonnées par l'etat Français à l'etat Russe au nom d'un avenir meilleur pour nos relations dans le domaine économique en particulier.C'est bien sur un marché de dupe qui doit faire bien rire Mr Poutine qui ne considére que la force comme valeur à prendre en compte en priorité.Le gouvernement Jospin avec le" laisser faire" de chirac nous a bradé pour cette raison mais à fait le nécessaire pour inclure des titres detenus par l'etat pour reprendre une partie des 400millions de dollars négociés par lui avec la russie afin d' éteindre définitivement la dette qui embarrassait leurs relations depuis des années.Et oui le gouvernement en question a reussi à brader les avoirs de la france qui seraient utiles pour rembouser la dette publique sans avoir besoin de se servir dans la poche des petits porteurs qui attendent toujours leur remboursement.OUI toutes actions entreprises seront toujours tres utiles pour défendre notre cause! et à ce sujet merci à tous ceux qui engagent des actions pour que cette histoire ne soit pas oubliée des hommes politiques au pouvoir et des Français.Je suis disponible pour aider à defendre notre cause juste.Heureusement ily a des porteurs qui se démenent comme des diables malgré les montagnes à gravir avant d'atteindre notre but. merci à Karloman pour son savoir faire. Il faut auusi rappeler que la dette russe c'est la valeur de plusieurs airbus donc une somme qui mérite l'attention du président de la république et du gouvernement actuel. Mr le Président de la République nous avons besoin de vous dans cette affaire qui concerne la France et des Français.Mr le Président j'accuse votre prédécesseur d'incompétence et de cynisme pour son comportement au sujet des négociations qu'il a acceptées pour le remboursement des emprunts russes et le quitus donné de ce fait.plus le temps passe et plus il est évident que ces sommes manqueront à l'économie de la France.Voila effectivement une source pour relancer notre Pays après avoir obtenu nos avoirs auprès des Russes qui doivent nous dire merci d' avoir attendu aussi longtemps pour leur permettre d' etre maintenant un Pays riche et capable de payer " rubis sur l'ongle."
Revenir en haut Aller en bas
Karloman1
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010


Date d'inscription : 10/11/2006
Nombre de messages : 103

MessageSujet: Re: Suggestion au gouvernement d'un correspondant   13.12.07 16:02

Bonjour!

Je recopie ci-dessous deux autres lettres adressees par notre correspondant, l'une au president de Renault et l'autre au Journal des Finances.

Pugnacement,

K1
==============================================

le 9 décembre 2007


à SOCIETE RENAULT, siège social
Monsieur
le Président Directeur Général
13 quai Alphonse le Gallop
92100 Boulogne Billancourt

Obj. : investissements en Russie

Ref. : Propos de la presse orale du jour

Monsieur le Président,

Aujourd’hui, la presse orale bruit de la décision que vous avez prise d’investir lourdement en Russie. Comme je suis actionnaire de Renault, que j’observe un peu ce qui se passe du point de vue économique et que ma famille a été durement étripée par les gouvernements russes, j’ose vous demander de prendre un minimum de précautions pour que les investisseurs ne soient pas, encore une fois, pris pour des imbéciles et n’aient pas à payer le maximum pour des articles de presse momentanément flatteurs. Je m’explique :

Comme vous le savez, la Russie, malgré son immense richesse a toujours vécu aux crochets de l’Europe occidentale. Bismark a fini par interdire aux banques de lui prêter de l’argent et les Français, avec la naïveté qui les caractérise ont été heureux, sur les conseils de leurs dirigeants de l’époque, de leur prêter, pour qu’ils se développent, des milliers de tonnes d’or, prets que les emprunteurs refusent de rembourser depuis presque 100 ans. Récemment encore, les Russes ont su intéresser des sociétés occidentales très importantes à leurs projets de développement et une fois qu’ils ont obtenu ce qu’ils voulaient, ils ont renié leurs engagements. Tout investisseur qui regarde où il met les pieds peut craindre que le même sort lui soit réservé si il s’engage en Russie. D’autant plus que la culture du peuple russe est imprégnée de l’idée que les pratiques capitalistes sont du vol.

Les Russes ont même réussi à faire en sorte que même les agences de notation internationales les considèrent comme de très bons payeurs, jugement que le Président de la République leur a demandé de réviser.

Je ne suis pas naïf au point d’espérer que vous pourriez, à ma demande, modifier vos projets. Cependant, ne croyez vous pas, qu’afin d’éviter que les actionnaires se bercent d’illusions durant les premiers mois de votre collaboration avec les Russes, qui ne peuvent être qu’idylliques et seront encensés par la presse, et vous maudissent lorsque l’accident surviendra, il serait sage de prendre un minimum de précaution et de créer, au passif, un poste " provision pour dépréciation d’actifs russes " dans lequel seraient comptabilisés tous les investissements faits en Russie tant qu’ils n’auront pas été amortis. Si les résultats correspondent à votre attente, tout le bénéfice apparaitra lorsque cette provision n’aura plus de raison d’être.

C’est ce que je demanderai lors de la prochaine assemblée générale, à moins, bien entendu, que vous ayez réussi à me convaincre qu’il n’y a aucun risque.

Agréez, je vous prie, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération et mes remerciements pour ce que vous avez déjà fait pour Renault.
=============================================
le 9 décembre 2007
à
Journal des Finances
Monsieur de Kerdrel
14 boulevard Haussmann
75009 Paris

Obj. : mise en garde des investisseurs

accords Renault/Lada

Ref. : informations orales de ce jour

PJ : lettre au PDG de Renault (annexe 1)

lettre au ministre des finances (annexe 2)

Monsieur le Directeur,

La presse orale de ce jour bruit de l’accord qu’aurait obtenu Carlos Ghosn pour chapeauter la production d’automobiles en Russie.

Dans un tout autre contexte, c’est un événement qui aurait pu avoir de l’importance. Mais il ne faut pas oublier que la Russie est la Russie et qu’elle traine avec elle une réputation de très mauvais joueur. C’est ce qui me pousse à vous écrire, puisque vous êtes le seul journal à bien vouloir vous souvenir que plusieurs millions de Français ont été détroussés par les Russes (fait qui n’a d’ailleurs pas été sans m’influencer dans le choix d’une revue de qualité).

Le chef de l’Etat ne s’est-il pas, d’ailleurs, indigné des avis très optimistes que donnaient les agences de notation à la Russie et ne leur a-t-il pas demandé d’être un peu plus circonspects ?

Le PDG de Renault a donc conclu un accord avec les autorités russes pour hisser une fabrique d’automobiles russes au niveau international. C’est très probablement, comme toujours avec les Russes, un marché de dupes et puisque vous donnez des conseils d’investissements à vos lecteurs, ne croyez vous pas qu’il faudrait attirer leur attention sur le risque qu’ils prendraient si ils investissaient, à moyen terme, sur Renault. Ne conviendrait-il pas également de suggérer aux amateurs de SICAV d’exiger de leurs gérants qu’ils ne prennent aucun risque sur Renault.

D’autant plus qu’il y a un moyen de neutraliser les emballements qui résulteront, pendant quelques mois, de l’application des accords, sans léser qui que ce soit.

Vu l’expérience de ce qui s’est déjà passé avec d’autres entreprises d’envergure, il n’est en effet pas difficile d’imaginer que lors des premiers mois d’application de l’accord, tout se déroulera pour le mieux. M. Ghosn sera porté aux nues et le titre Renault s’envolera. Puis au fur et à mesure que les Russes apprendront à gérer une entreprise, ils seront de plus en plus réticents pour respecter leurs engagements et finiront par éliminer, sans dédommagement, Renault de leur champ de décisions, lequel n’aura plus que ses yeux pour pleurer et évoquer la faute à " pas de chance " pour expliquer, devant les actionnaires, la déconfiture de Renault.

Vous trouverez, ci-joint, la lettre que j’écris au PDG de Renault. J’en profite également pour vous communiquer, pour information, la lettre que j’ai écrite à la Ministre des finances qui essaye de se défausser en invoquant le manque de ressources de l’Etat pour ne rien faire, alors qu’elle est assise sur un petit trésor et qu’il lui suffirait d’un peu de courage pour résoudre bien des problèmes.

Avec mes remerciements pour la qualité des informations que vous fournissez à vos lecteurs, je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de ma considération.
Revenir en haut Aller en bas
FIG333
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010


Date d'inscription : 21/11/2006
Nombre de messages : 80

MessageSujet: Réponse indirecte parue dans LE JOURNAL DES FINANCES -   12.01.08 20:30

LE JOURNAL DES FINANCES - N° 6267 - 12/01/2008- PAGE 12
Le dossier
Russie





La Russie, c'est aussi quelques mauvais souvenirs
Y. DE K.

Il y a un siècle, les journaux financiers consacraient déjà des pages au développement de la Russie. Surtout en France et en Grande-Bretagne, où, pour des raisons géopolitiques, les pouvoirs publics avaient pris le parti de soutenir cet allié précieux. C'est ce qui a valu à des quantités de Français de détenir les fameux emprunts russes. Et puis on sait ce qu'il en est advenu en 1917. La révolution bolchevique met fin au règne des Romanov et tire un trait sur ses créances. Du même coup, de nombreux Français sont ruinés. Alors faut-il, à cause de ce qui s'est passé il y a quatre-vingt-dix ans, ne plus parler de la Russie ? C'est la question que nous nous sommes posée. Comme beaucoup de journaux, Le Journal des Finances a manqué de clairvoyance au début du siècle dernier en recommandant l'achat d'em-prunts russes. Il y a une quinzaine d'années, lorsque Pierre Bérégovoy, alors ministre des Finances, s'est décidé à régler ce vieux contentieux, Le Journal des Finances a pris la tête du combat pour une juste indemnisation des créanciers français. En fait d'indemnisation, les Français ont obtenu une aumône. Et nous n'avons pas cessé, à cette époque, de dénoncer cette spoliation honteuse. Peu de temps après, la Russie faisait faillite et l'on pouvait estimer que les meubles avaient été sauvés. C'était sans compter avec le fabuleux rebond des matières premières, qui constituent aujourd'hui la principale source de devises du pays. A tel point que la Russie pourrait à ce jour payer cash les dettes de ses tsars. Elle ne le fera pas. Parce que la France a apposé sa signature au bas d'un traité qui vaut solde de tout compte. Pour des raisons honorables, certains de nos lecteurs jugent immoral et dangereux d'investir de nouveau en Russie. Pour d'autres, il y a au contraire des opportunités formidables. Nous respectons l'avis des premiers, mais notre obligation d'un service irréprochable nous oblige aussi à consacrer ces trois pages à cette très grande puissance émergente. En attirant évidemment leur attention sur les risques qu'ils prennent.



LE JOURNAL DES FINANCES - N° 6267 - 12/01/2008- PAGE 12
Le dossier
Russie



Joël Antoine




Les investisseurs français peinent à investir sur la Bourse de Moscou. La plupart d'entre eux n'ont pas oublié le scandale des emprunts russes, tant les indemnités versées ont été dérisoires. En outre, le retour à bonne fortune de la Russie est récent. En 1998, elle se trouvait encore au bord de la faillite. Depuis, le pays a travaillé pour retrouver un meilleur rang au niveau mondial.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Suggestion au gouvernement d'un correspondant   Aujourd'hui à 2:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Suggestion au gouvernement d'un correspondant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» disparition de l'Euro ou Euro-gouvernement
» juste une petite suggestion ...si vous permettez
» 300 Prénoms Amazigh adoptés...par le gouvernement algerien
» Suggestion
» Projet de loi santé : le gouvernement envisage la suppression de l’Ordre infirmier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VOIX DES EMPRUNTS RUSSES  :: La Voix des Emprunts Russes - Association Loi de 1901 - La Voix des Emprunts Russes :: SECTION III - Informations générales ................................................cliquez ICI-
Sauter vers: