LA VOIX DES EMPRUNTS RUSSES

Association Nationale des Porteurs d' Emprunts Russes
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Important article de la revue du "Global Association of Risk Professionals"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FIG333
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010


Date d'inscription : 21/11/2006
Nombre de messages : 80

MessageSujet: Important article de la revue du "Global Association of Risk Professionals"   12.10.08 16:38



$260 milliards de dette souveraine



La notation souveraine attribuée au gouvernement de la Chine par Standard and Poor's, Moody's Investors Service et Fitch Ratings (les trois principales "nationally recognized statistical rating organizations", ou NRSRO, qui contrôlent collectivement 95% du marché de la notation) dissimule le fait que le gouvernement chinois est actuellement en défaut sur près de $260 milliards de dette souveraine émise par la République de Chine (sous la forme d'obligations remboursables en 1960) vendue à des épargnants particuliers dans le monde entier, y compris aux Etats-Unis.



"La publication de notations artificielles 'investment grade' attribuées à la

Chine... a permis au gouvernement chinois de se soustraire au paiement de sa dette souveraine, qui demeure impayée"



L'obligation de remboursement a été transmise à la République Populaire de Chine (RPC), lorsque les communistes ont pris le pouvoir en 1949. Le principe établi de la règle de succession des états affirme la continuité des obligations d'un gouvernement internationalement reconnu à son successeur. La RPC est le gouvernement internationalement reconnu qui succède à son prédécesseur le gouvernement de la République de Chine qui a contracté la dette souveraine du gouvernement chinois, contrat stipulant que la dette constitue une obligation "engageant la République de Chine et ses successeurs".



Ces obligations étaient exclues de l'accord Américano-chinois de 1979 qui réglait d'autres obligations du gouvernement chinois. En 1987 toutefois, le gouvernement chinois parvint à un accord de règlement discriminatoire avec les obligataires de Grande-Bretagne - accord excluant toute obligation détenue par des citoyens non britanniques.



Le 12 novembre 2006, le ministère des Finances chinois publia un communiqué officiel adressé à "l'Ambassade des Etats-Unis d'Amérique en Chine" dans lequel le gouvernement Chinois répudiait officiellement la dette souveraine de la Chine et annonçait qu'elle n'honorerait aucune dette détenue par des citoyens américains. Cette question a fait l'objet d'une audition du Subcommittee on Terrorism, Nonproliferation and Trade of the United States House of Representatives Committee on Foreign Relations le 17 juillet 2008.



Ainsi la RPC se livre-t-elle à un défaut sélectif - une pratique qui consiste à ne pas honorer ses engagements sur une catégorie spécifique de dette souveraine (en l'occurrence des obligations souveraines émises précédemment) tout en honorant ses engagements envers une sélection de créditeurs détenant une autre catégorie d'obligations (en l'occurrence des obligations souveraines émises récemment).



Le refus chinois d'honorer ses obligations souveraines à l'égard des obligataires Américains est très bien résumé dans un article publié récemment: "Lorsqu'il s'agit de territoires, la Chine revendique le Tibet et Taiwan en vertu de droits historiques antérieurs à la prise de pouvoir du gouvernement communiste actuel, mais lorsqu'il s'agit de dettes à l'égard de citoyens Américains c'est une autre histoire".





La culpabilité des Agences de Notation



En dépit des actions en répudiation et défaut sélectif du gouvernement de la RPC, et en dépit des pratiques chinoises de paiements discriminatoires et exclusifs à certains créditeurs sélectionnés, S & P a rehaussé la notation souveraine à long terme en devises étrangères de la Chine de "A" à "A+" le 31 juillet de cette année. S & P n'est toutefois pas le seul à attribuer des notations incorrectes. En fait la publication de notations souveraines artificielles 'investment grade' attribuées à la Chine par les trois principales NRSRO a permis à la Chine de se soustraire au paiement de sa dette souveraine en défaut.



Il est intéressant de noter que la publication de fausses notations souveraines en Asie n'est pas sans précédant. Pendant la crise asiatique de 1997 par exemple, les notations attribuées par les trois principales NRSRO ont incorrectement décrit le véritable risque-crédit représenté par les gouvernements de la Thaïlande et de la Corée.



La répudiation par la Chine de sa dette souveraine, intervenue lorsqu'elle était notée 'investment grade', constitue évidement un sujet sensible pour les agences de notation. Logiquement, l'on peut se demander comment les trois principales NRSRO ont pu éviter une action coercitive immédiate pour avoir publié, en pleine connaissance de cause, des notations trompeuses, fausses et préjudiciables, relatives à la Chine. La réponse découle directement du fait que jusqu'à tout récemment les agences étaient exemptes de règlementation de la part de la United States Securities and Exchange


Commission (SEC) et ont travaillé en dehors de la juridiction de tout autre organe de règlementation ou de surveillance. Les agences de notations se considèrent comme des "éditeurs" dont les notations constitueraient des "opinions éditoriales", et invoquent ainsi le droit à la liberté d'expression qui découle du Premier Amendement à la Constitution des Etats Unis.



Lorsque l'on s'interroge sur les raisons qui pourraient conduire les agences à publier, en connaissance de cause, des notations fausses, il est important de se souvenir que la totalité du chiffre d'affaires qu'elles retirent d'un pays donné dépend de la note souveraine qu'elles attribuent à ce pays; cette note souveraine définit un "plafond souverain" qui limite les notes attribuées aux émetteurs privés et affecte directement leur capacité à émettre de la dette (pour laquelle une agence de notation est missionnée et payée). Ainsi le chiffre d'affaires retiré par les agences de notation d'un pays donné est-il directement dépendant du plafond souverain; toutefois, la motivation d'attribuer des notations plus élevées que celles justifiées par les faits représente un conflit d'intérêts clair et démontrable en violation de l'Investment Advisers Act aux dispositions duquel les trois principales NRSRO sont soumises.





Tentatives de résolution des problèmes de notation.



Avant d'adopter une solution législative, le chairman du Joint Economic Committee (JEC) du Congrès des Etats-Unis avait tenté d'initier une enquête et des mesures coercitives de la part de la SEC afin de mettre un terme aux mauvaises actions des agences de notation de crédit. En réponse la SEC avait non seulement décliné toute juridiction sur les pratiques des agences, mais aussi rejeté l'adoption d'une proposition de règle imposant aux NRSRO d'utiliser "des procédures systématiques conçues afin d'assurer des notations crédibles et fiables".



Si la règle proposée avait été adoptée elle aurait limité un grand nombre des pratiques abusives mises en œuvre par les agences de notation; ces actions ont été détaillées, en partie, dans un rapport publié en juillet par l'Office of Compliance, Inspections and Examinations de la SEC. Ce rapport décrit de nombreux cas de conflits d'intérêts, d'absence volontaire d'application des méthodologies de notation et d'autres pratiques servant l'intérêt des agences et visant à augmenter leur chiffre d'affaires.



Face à l'absence d'action coercitive de la SEC et afin d'éviter qu'encore une autre contagion de crédit ne se diffuse au travers des marchés mondiaux, les membres du Congrès ont pris des mesures afin de réformer la publication de notations souveraines au caractère trompeur démontrable attribuées au gouvernement chinois, restaurant une dose d'intégrité au processus de notation qui faisait cruellement défaut, afin d'assurer la conformité des notations avec les critères et définitions de notations publiés.



Ces efforts ont abouti à l'introduction de deux résolutions concourantes: la Resolution 78 au United States Senate et la House Resolution 1179 à la United States House of Representatives. Les résolutions stipulent entre autres que les NRSRO ont publié une notation souveraine investment-grade "artificielle" pour la Chine - une notation qui a "dissimulé de façon inappropriée" les "mauvaises actions" du gouvernement de la RPC et lui ont fourni une motivation pour "éviter un règlement négocié avec les citoyens des Etats-Unis concernant le défaut de paiement de la Chine sur ses obligations souveraines."



Les résolutions concourantes expriment aussi l'opinion du Congrès que le statut de défaut sélectif qui est celui de la dette souveraine chinoise répudiée soit traité comme un fait matériel déclarable par la SEC, ce qui placerait les agences de notation sous le coup de mesures coercitives en vertu des lois fédérales sur la fraude, pour avoir publié des notations fausses en connaissance de cause; plus spécifiquement, les résolutions prennent acte du fait que les agences on violé la Règle 10b-5 et la section 10(b) du Exchange Act, qui prohibe la divulgation de déclarations matériellement incomplètes ("demi-vérités") et l'omission de faits matériels.





En définitive



A défaut d'une reclassification spontanée de la notation souveraine de la Chine par les agences en "selective default" conformément à la réalité des faits, l'on attend de la SEC - agissant sur la foi de faits présentés par le Congrès Américain - qu'elle impose la mise en œuvre de mesures coercitives à l'encontre des trois principales NRSRO; ces mesures seront cohérentes avec le mandat règlementaire fourni par d'autres lois récentes (y compris le Credit Rating Agency Reform Act) qui a renforcé le pouvoir règlementaire de la SEC sur l'activité des agences de notation de crédit.


http://afiper.org/pb/wp_ef120171/wp_ef120171.html#GARP
Revenir en haut Aller en bas
 
Important article de la revue du "Global Association of Risk Professionals"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Les mauvaises affaires du notariat"
» 1 de plus- présentation "Les Folies d'Aurélie"
» La méthode du "faites-le ou fais-le"
» JustBeenPaid - "You've Just Been Paid!" Your Money is Tripled+ PROOF
» UN T-SHIRT SIGLÉ "PALESTINE" CRÉE UN MALAISE AU "GRAND JOURNAL"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VOIX DES EMPRUNTS RUSSES  :: La Voix des Emprunts Russes - Association Loi de 1901 - La Voix des Emprunts Russes :: SECTION VI - Les avoirs russes bloqués en FRANCE en Belgique et en AUTRICHE ..................................cliquez ICI-
Sauter vers: