LA VOIX DES EMPRUNTS RUSSES

Association Nationale des Porteurs d' Emprunts Russes
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Triste annivairsaire du 7 novembre 1917

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FIG333
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010
Groupe des 50 membres les plus actifs en 2009-2010


Date d'inscription : 21/11/2006
Nombre de messages : 80

MessageSujet: Triste annivairsaire du 7 novembre 1917   07.11.12 21:20

A la fin du 19ème siècle, l'Europe vit sous la loi des alliances. Alors que l'Allemagne et la Russie s'éloignent, Saint-Petersbourg et Paris se rapprochent. La Russie a besoin d'argent et la France d'amis pour faire face à la Triplice (l'Allemagne, l'Autriche et l'Italie). La "slovophilie" tourne à l'hystérie.

En 1888, Moscou émet quatre emprunts de 500 millions de francs-or, sous la bénédiction des pouvoirs français publics. L'Alliance franco-russe de 1891 assure le succès des emprunts qui se multiplient. Les épargnants se ruent alors aux guichets des banques pour faire acte de patriotisme et prêter à Alexandre III (on construira même un pont à Paris sur la Seine qui porte son nom), puis à Nicolas II, à la Ville de Moscou, ou aux chemins de fer de Semiretchensk, ...

Avant la Grande Guerre, l'opposition à Nicolas II intervient déjà auprès de Clémenceau pour mettre en garde le gouvernement français contre le risque de non-remboursement.

En 1904, la guerre russo-japonaise provoque une panique. Mais les banques, qui y trouvent leur intérêt, se font rassurantes. Les épargnants "reprennent" alors pour 400 millions de bons du Trésor Russe. En 1914, 1,6 millions de porteurs ont prêté 12 milliards de francs-or à un empire au bord du gouffre. La France est devenue le premier créancier de la Russie.


La Révolution d'Octobre de 1917 brise le rêve et ouvre une attente qui se prolongera longtemps. Le 25 octobre 1917, les Bolcheviks triomphent à Moscou. Le 7 novembre, les derniers coupons sont payés en France. Deux mois plus tard, Lénine décide de ne plus reconnaître les dettes de l'ancien régime !

En 1921, Lénine propose aux Occidentaux de coopérer à la reconstruction de l'économie soviétique contre le paiement des emprunts. En 1927, les Soviétiques proposent de régler le quart de la dette française en échange de l'ouverture d'un crédit commercial. Mais cette proposition ne concerne que les porteurs, négligeant les banques et l'Etat, et se heurte au refus de Poincarré.


A chaque visite à Paris d'un chef d'Etat de l'ancienne Union Soviétique, ou à chaque déplacement à Moscou d'un représentant français, les bouffées spéculatives vont ressurgir.

En 1990, Mikhaaïl Gorbatchev annonce qu'il va étudier sérieusement le réglement des emprunts impériaux, sans toutefois en préciser le calendrier et les modalités. Le Traité franco-russe du 7 février 1992 est signé par la Fédération de Russie afin de mettre un terme à l'attente de 400 000 porteurs français de titres russes, héritiers d'1,6 million de patriotes, ruinés le 14 janvier 1918.

La Russie assure posséder les moyens et avoir l'intention d'honorer ses dettes, ne serait-ce qu'en mobilisant les 532 milliards de francs d'avoirs tsaristes, dispersés dans les banques du monde entier et dont la Russie revendique la propriété. L'AFPER (Association Française des Porteurs d'Emprunts Russes) estime alors à 1000 milliards de francs le montant dû à la collectivité française, dont 160 milliards pour les porteurs.


Mais pendant longtemps, l'emprunt russe va rester à mi-chemin entre l'espoir financier et l'objet de collection. En 1995, la première élection présidentielle française depuis le démantèlement de l'URSS donne une occasion de relancer le débat du remboursement des porteurs de titres russes français. A cette époque, les Français sont les seuls Européens, avec les Belges et les Hollandais, à ne pas avoir été remboursés.

Ce n'est qu'en 1997 qu'est signé un accord entre la Russie et le Gouvernement Français pour le dédommagement des petits épargnants. Les actions doivent alors être recensées afin de déterminer la répartition des sommes à verser.

L'affaire des emprunts russes en Grande-Bretagne

En juillet 1987, les autorités soviétiques indemnisaient 3677 porteurs de titres émis des sociétés russes avant le 7 novembre 1917. Les capitaux de la Russie Impériale, gelés depuis plus de soixante-dix ans dans les coffres de la banque Baring Brothers and Co. Ltd. à Londres, ont été mis à contribution. En juillet 1987, le titre s'est donc échangé à 54% de sa valeur nominale, remboursement symbolique.

http://www.scripophilie.com/temoignages/emprunts_russes.htm
Revenir en haut Aller en bas
 
Triste annivairsaire du 7 novembre 1917
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» lundi 1er novembre sucré?....
» Le 17 novembre nous apportera-t-il le grand krach ?
» A partir du 2 novembre super bon plan jeux chez intermarché + lien catalogue"ma lettre au pere noël"
» Soupe gratuite Maggi tous les mercredis de Novembre à partir de 13h30 jusqu'à 15h30
» Très bon plan Cajoline Auchan du 16 au 22 novembre 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VOIX DES EMPRUNTS RUSSES  :: La Voix des Emprunts Russes - Association Loi de 1901 - La Voix des Emprunts Russes :: SECTION II -Forum principal concernant les emprunts russes ...................... CLIQUEZ ICI-
Sauter vers: