LA VOIX DES EMPRUNTS RUSSES

Association Nationale des Porteurs d' Emprunts Russes
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le conseiller spécial de Vladimir POUTINE était à Paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poirot



Date d'inscription : 03/02/2007
Nombre de messages : 10

MessageSujet: Le conseiller spécial de Vladimir POUTINE était à Paris   30.03.07 12:08

Nous apprenons seulement aujourd'hui, que le conseiller spécial du Président POUTINE, Sergueï Iastrjembski, chargé des relations avec l'Union européenne, était à Paris le 22 mars. Ce conseiller du Président russe est plus particuliérement chargé de l'amélioration de l'image de la Russie dans le Monde.
Ce 22 mars, il était invité par Thierry de Montbrial, Président de l' IFRI pour participer à une conférence portant sur : " La Politique européenne de Moscou : quels objectifs ? "
Cette conférence s'est déroulée Salle des conférences - 27 rue de la Procession - Paris 15°.
Nous sommes vraiment navré d'avoir manqué cet exposé, d'autant que Monsieur Iastrjembski parle le français couramment. Nous aurions pu également lui donner quelques conseils pour l'amélioration de l'image de la Russie, surtout en France. Il pourra toujours aller consulter notre site sur internet : http://monsieurpoutine.canalblog.com
C'est un bon résumé de ce que nous aurions pu lui dire..........
Revenir en haut Aller en bas
Aramis



Date d'inscription : 06/02/2007
Nombre de messages : 12

MessageSujet: Re: Le conseiller spécial de Vladimir POUTINE était à Paris   30.03.07 17:20

" NE CRAIGNEZ PAS LE GROS OURS RUSSE ! "

En Russie, le capitalisme européen est une cible, confirme un conseiller de Poutine.
Il est le Monsieur Europe du président russe Vladimir Poutine. Invité à Paris par l’Institut français des relations internationales (Ifri), Sergueï Iastrjembski tente de redorer l’image de son pays « malmené », selon lui, par les leaders d’opinion en Europe. La Russie renaît de ses cendres, assure Sergueï Iastrjembski, voilà pourquoi elle fait si peur.
L’Europe vient de fêter les 50 ans du traité de Rome. La Russie envisage-t-elle un jour de rejoindre l’Union européenne ?
Réponse : Ce scénario me paraît peu réaliste. D’abord, parce que la Russie sort à peine d’une longue crise et que nous avons besoin de nous concentrer sur nous-mêmes. Ensuite, parce que nous ne sommes pas prêts à partager notre souveraineté avec quiconque. Or c’est une condition imposée par Bruxelles. Enfin, l’Europe n’est pas prête à en discuter non plus, puisqu’elle est trop préoccupée par la crise identitaire qu’elle traverse et par la stratégie à suivre demain, élargissement ou approfondissement.
Comment apaiser aujourd’hui la tension entre la Russie et l’Europe due aux chantages énergétiques exercés à plusieurs reprises par Moscou ?
Je ne crois pas qu’il s’agisse d’une crise entre l’Europe et la Russie
Le ton est monté quand même entre Angela Merkel, présidente de l’Union, et Vladimir Poutine lors de leur dernière rencontre à Sotchi…
J’étais présent lorsqu’ils se sont vus. Elle a effectivement manifesté son mécontentement concernant notre conflit énergétique avec la Biélorussie en janvier. Parfois la Russie ne communique peut-être pas assez efficacement.
Si la Russie est un partenaire de confiance, comment expliquer le mécontentement de compagnies pétrolières, telles que Total ou Shell, que vous avez écartées de projets comme Sakhaline 2 ?
Pendant de nombreuses années, Gaz­prom et les autres compagnies énergétiques russes ont eu besoin de partenaires étrangers pour l’extraction des matières premières. Aujourd’hui, les entreprises russes sont plus fortes, mieux intégrées dans l’économie mondiale. Vous trouvez par exemple des stations d’essence Loukoïl partout en Europe et aux Etats-Unis. Gazprom va distribuer le gaz directement en Italie à partir du 1 er avril. C’est le cas en Allemagne. L’accès au consommateur final est devenu notre objectif numéro un. Les règles du jeu ont changé. La Russie prévoit-elle l’après-pétrole, se diversifie-t-elle suffisamment ?
C’est notre grande préoccupation ! L’envolée du prix des matières premières est comme une drogue dont dépendraient nos exportations, et donc la santé de notre économie. Nos efforts se tournent vers une modernisation de nos usines, de l’équipement, des machines-outils. Poutine exhorte régulièrement les grandes entreprises russes à devenir plus compétitives. Sinon nous aurons plus à perdre qu’à gagner quand nous rejoindrons l’OMC. Il nous faut plus de projets comme celui de la compagnie Soukhoï avec l’italien Finmeccanica dans la production d’avions moyen-courriers, les Superjet. Davantage de collaborations comme celle de Kourou avec les Français dans les satellites et les missiles. Nous aimerions en faire plus, mais le capital européen n’est pas très actif. La peur sans doute de voir la concurrence russe renaître de ses cendres !
Ou la crainte de voir entrer dans le capital de sociétés européennes comme EADS des entreprises russes contrôlées par l’Etat ?
Nous avons été très frappés par la réaction des Français et des Allemands à l’entrée de la Vnechtorgbank dans le capital d’EADS. Comme si le gros ours russe avait trouvé le moyen de redistribuer une somme d'argent colossale pour mettre le grappin sur l'une des perles de l'industrie high-tech européenne. Nous avons pris conscience de l’abîme qui nous séparait de l’opinion publique européenne. Pourtant nous avions agi exactement selon la logique du capitalisme européen. Il y avait une fenêtre de tir pour entrer à hauteur de 5 % dans une société contrôlée en partie par les Etats français et allemand et qui traverse une période de crise. L’entrée d’une banque chinoise ou arabe n’aurait pas fait un tel scandale. Nous voulons un accés à certains secteurs de l'économie européenne comme l’électricité, le nucléaire, l’aéronautique. Quand on nous demande l’accès vers le cœur de notre économie, l’énergie, nous ne disons pas non. Mais c'est donnant-donnant !
__________________________________

Il y a quelques années c'était : Quand la Chine s'eveillera , et aujourd'hui c'est la version : Quand l'ours russe sortira du bois
Revenir en haut Aller en bas
 
Le conseiller spécial de Vladimir POUTINE était à Paris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vladimir POUTINE et les extraterrestres...
» MathildeCamicas : Reportage Envoyé Spécial
» conseiller prud'hommaux
» Arctic Sea: False Flag Attack ratée qui devait détruire les USA
» Les conseillers du salarié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VOIX DES EMPRUNTS RUSSES  :: La Voix des Emprunts Russes - Association Loi de 1901 - La Voix des Emprunts Russes :: SECTION II -Forum principal concernant les emprunts russes ...................... CLIQUEZ ICI-
Sauter vers: